Bien s’hydrater. Partie 1: l’eau, une molécule étonnante.

Son importance.

Nous sommes constitués à 70% d’eau qui se répartissent ainsi :

  • 45%  dans le milieu intra-cellulaire ;
  • 15% dans le milieu extra-cellulaire (10% interstiel, 5% vasculaire) ;
  • 10% dans le milieu trans-cellulaire (secrétions digestives, lymphe, liquide céphalo-rachidien).

Toutes les parties du corps contiennent de l’eau, telles que :

  • Poumons : 90%
  • Sang : 82%
  • Peau : 80%
  • Muscles : 75%
  • Cerveau : 70%
  • Squelette : 22%.

Malgré les apparences, nous sommes davantage des organismes liquides que solides.

 

Sa nature.

L’eau est une molécule formée de 3 atomes et de 2 éléments, oxygène et hydrogène. Les atomes d’hydrogène fournissent 2 électrons à l’oxygène pour compléter sa couche électronique périphérique et former ainsi une molécule stable de H20.

Oxygène : 8 protons + 8 neutrons

Hydrogène : 1 proton + 1 neutron X 2

Total : 10 protons équilibrant les charges de 10 électrons.

Comme les noyaux d’hydrogène se disposent d’un côté de celui de l’oxygène, les charges électriques sont inégalement réparties dans la molécule d’eau. Les électrons sont plus fortement attirés vers l’atome d’oxygène que vers celui de l’hydrogène. Il se crée alors 2 centres de charges positives près des noyaux d’hydrogène et 2 centres de charges négatives près du noyau oxygène.

De part sa configuration géométrique et sa répartition inégale des charges électriques, la molécule d’eau se comporte comme un double pôle électrique qui lui permet de se lier à d’autres molécules. Dans l’eau liquide, les molécules ont tendance à s’associer par liaisons hydrogène. En effet, sur les 8 électrons périphériques de l’oxygène, seulement 4 sont impliqués dans les liaisons covalentes avec les atomes d’hydrogène. Les 4 électrons restants sont groupés en 2 paires appelées doublets électroniques libres. Chacun de ces doublets de charge électrique négative peut former une liaison électrostatique avec un atome d’hydrogène chargé positivement d’une molécule d’eau voisine. En générale, à l’état liquide, une molécule d’eau se trouve liée à 4 autres molécules formant ainsi un réseau cristallin stable.

 

Composition et structure de l’eau.

Vinh LUU, biophysicien qui a étudié la structure et les fonctions biologiques de l’eau, a montré que l’eau liquide est composé de mono-molécules neutres (H2O) ou dissociées (H+,OH-) et de blocs (amas ou cluster) de molécules dont quelques uns sont stables et d’autres éphémères.On distingue 2 structures principales ou amas de molécules : l’eau pentagonale et l’eau hexagonale.

L’eau pentagonale est un amas de 5 molécules H2O qui laisse la possibilité à une 6ième molécule de s’y fixer. Ce type de structure attire plus facilement les molécules négatives telles que les polluants, métaux lourds ou le chlore. Cette structure est plus courante dans l’eau du robinet, l’eau en bouteille ainsi que dans l’eau produite par l’osmose inversée. L’eau pentagonale forme facilement de gros amas de molécules, ce qui la rend plus stable mais moins assimilable par nos cellules. Sa fonction principale est de fixer les déchets pour les évacuer plutôt que pour hydrater les cellules. L’eau du robinet contient approximativement 80% d’eau pentagonale et 20% d’eau hexagonale.

L’eau hexagonale est la disposition optimale de l’eau avec ses amas de 6 molécules H2O, car elle permet de s’associer à tous les oligo-éléments et les sels minéraux essentiels à la vie.

Elle apporte

  • Une hydratation plus rapide et maximale des cellules ;
  • Une meilleure absorption des nutriments ;
  • Une plus grande efficacité métabolique ;
  • Une plus grande énergie ;
  • Une meilleure communication électrique entre les cellules et enfin
  • Une plus grande capacité de fixation de l’oxygène, jusqu’à 30%.

On retrouve l’eau hexagonale et des molécules dissociées HO- dans l’eau alcaline ionisée produite par les ioniseurs d’eau domestique.

 

 Fonctions biologiques de l’eau.

On considère généralement que l’eau est un liquide inerte, un élément de remplissage pour la cellule et un important solvant pour les nombreuses espèces chimiques ( macromolécules, ions, radicaux libres)qui s’y trouvent.

Pour Vinh LUU, biophysicien, l’eau est non seulement un solvant mais également un ionisant, un hydratant, un oxydant, un réducteur, un stabilisant, un constructeur ou un dé-constructeur selon les circonstances.

Ces diverses fonctions font de l’eau un milieu réactionnel indispensable au déroulement des processus biologiques de notre corps. À titre d’exemple, l’eau joue un rôle déterminant dans la structure et la conformation des biomolécules, notamment de celle des acides nucléiques (ADN,ARN) et des protéines dont les enzymes.

En conclusion, tout ce qui se passe dans notre corps, se passe dans et avec l’eau.

 

La meilleure eau pour notre corps.

Pour Vinh LUU, l’eau potable naturelle faiblement minéralisée sans additif chimique quel qu’il soit représente la meilleure thérapeutique préventive et curative tant pour l’individu sain que malade.

De plus, il est d’avis que le critère le plus important de bonne qualité de l’eau potable, au-delà de son degré de pureté chimique et bactériologique, est sa capacité de transfert d’énergie. Dans ce sens, l’eau a une mémoire, car sa structure lui permet de stocker de l’énergie/information et de la restituer à la demande. Le fonctionnement de cette mémoire repose sur l’activité électromagnétique (émission de photons, saut quantique d’électrons, changement de polarité, liaison hydrogène) dans et entre les atomes oxygène et hydrogène.

En 2014, Le docteur Luc Montagnier, virologue et prix Nobel de médecine en 2008 pour la découverte du virus du sida, a réalisé l’expérience présentée dans la vidéo ci-jointe, pour démontrer l’existence et le potentiel de la mémoire de l’eau.

 

 

Malgré la publication de 3 articles scientifiques décrivant des expériences similaires, il s’agit encore d’un dossier qui nécessite la divulgation de plus de détails sur le dispositif technique utilisé pour qu’elles puissent être reproduites par d’autres laboratoires. Un des chercheurs associé au projet, Giuseppe Vitiello a annoncé que ces détails seront présentés dans un prochain article. Donc à suivre avec intérêt. Et pour cause, car si cela s’avère confirmer, il sera alors possible d’envisager de soigner les maladies avec de l’eau et des ondes électromagnétiques. Mais d’ici là, sachez que des chercheurs en microfluidique ont déjà réussi à créer des molécules organiques complexes nécessaires à la vie et à encapsuler des médicaments dans des microgouttes d’eau de quelque dizaine de micromètres de diamètre en vue de pouvoir les libérer sur commande en utilisant la tension de surface, cette force qui, au sein d’une goutte d’eau, incite toutes molécules à se lier à elle.

Je vous réfère à la rubrique références pour retrouver celles, qui ont été utilisées pour réaliser cette publication.

Lire la suite Bien s’hydrater. Partie 2: l’eau purifiée, alcaline, ionisée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *