Conscience intéroceptive et défigement neurosensoriel : exercices de conscientisation et de défigement

Classé dans : À la une, Être bien dans sa peau | 0

Entrez en contact avec son corps implique de développer une conscience intéroceptive, car il se manifeste à nous, d’abord et avant tout, à travers nos sensations. Or, pour apprendre à détecter leur présence, les ressentir en conscience et apprécier l’état général de notre corps, il est nécessaire d’être dans un état de calme et de réceptivité. Deux techniques peuvent nous aider à atteindre cet état de calme : la méditation et la cohérence cardiaque.

Conscience intéroceptive au quotidien.

La méditation est une technique qui permet par la concentration sur sa respiration, d’atteindre un état de calme mental et physique. Dans cet état d’apaisement, il est possible de voir et de percevoir tout ce qui se passe en soi. Déjà, par la concentration sur la respiration, nous pouvons percevoir les mouvements d’inspiration et d’expiration, de même que son amplitude, sa fréquence et ressentir l’effet de son ralentissement et de sa régularité sur l’état général de notre corps.

La technique de cohérence cardiaque aide à contrôler les battements du cœur, ce qui permet d’établir une communication en cohérence cœur-cerveau. Cet exercice de respiration régule notre rythme cardiaque et notre système nerveux autonome et installe un état de calme intérieur propice à l’observation et au ressenti de nos sensations corporelles. Pour pratiquer cet exercice de respiration, suivez les instructions présentées dans cette vidéo que vous trouverez sur Youtube. 

Voici l’exercice que je vous propose pour développer votre conscience intéroceptive qui s’affirmera de plus en plus par la pratique et vous permettra d’être en contact permanent avec votre corps pour jouir d’un état de bien-être au quotidien. À partir de l’état de calme obtenu par une séance de méditation ou de cohérence cardiaque, conscientisez à tour de rôle, les sensations dans vos muscles, articulations et votre ventre : crispation, douleur, pression, relâchement, détente…

Dans un deuxième temps, conscientisez la répartition de la chaleur dans les diverses parties de votre corps.

Par la suite, conscientisez les sensations plus subtiles telles : picotement, engourdissement, vibration et ondulation énergétique.

Enfin, après avoir ressenti et conscientisé les diverses sensations exprimées par votre organisme, ressentez l’état général de votre corps : détendu, en état orgasmique ou au contraire, tendu, perturbé, en état de mal-être. Sachez que vous pouvez modifier les sensations désagréables en propageant par la pensée, les sensations agréables (chaleur, vibration ou ondulation énergétique…) dans toutes les parties de votre corps.

Après avoir développé par la pratique régulière votre capacité à conscientiser les sensations de votre corps, vous devenez aptes à l’habiter à tous instants et en toutes circonstances. Autrement dit, comme le précise Antoinette Layoun, auteure et thérapeute : “ Tout en étant dans l’action et le mouvement, vous êtes dans la présence et habiter votre corps par la respiration et les sensations. Ainsi, au lieu d’être pris dans le monde extérieur, en dirigeant votre attention dans votre “ demeure intérieure ”, vous avez accès à tout un monde de manifestation et de richesse corps et esprit. Dans cette présence, nous pouvons agir de façon consciente sur le fonctionnement de notre corps, notre esprit et même changer notre vie ”.

Défigement neurosensoriel au quotidien.

Le défigement neurosensoriel PEACE permet, par la pratique régulière, d’entrer dans le processus de libération des vos fascias et de tout ce qu’ils ont figé en vous, par une démarche consciente. Stéphane Drouet propose un exercice du PEACE pouvant être pratiqué au quotidien, qui est une version allégée d’une durée de vingt minutes, qui s’effectue allongé, les yeux fermés, les bras le long du corps avec une légère couverture sur vous. Durant cet exercice, lorsque le corps se libère, il est courant que nous vivions des effets thermiques, chaud/froid, en lien avec les effets piézoélectriques du corps. Cet exercice quotidien vous permet d’alléger des pensées polluantes du matin et lorsque la nuit a été un peu tumultueuse.Cela permet également de vous alléger de vos préoccupations du moment.

Les étapes à suivre sont les suivantes :

prenez une préoccupation du moment, une pensée obsédante que vous voulez dépasser ;

mettez une musique de détente pour vous accompagner ;

allongez-vous, fermez les yeux, mettez vos bras le long de votre corps ;

concentrez-vous quelques minutes sur votre cœur, mettez-y de la légèreté et respirez dedans ;

visualisez cette préoccupation que vous vivez difficilement aujourd’hui ;

plongez dedans émotionnellement et voyez ce qui vous touche dans ce moment ;

scannez votre corps et votre ressenti sensoriel ( pas émotionnel) associé ;

puis laissez votre corps se relâcher, s’abandonner à votre ressenti sensoriel ;

suivez ce relâchement dans votre corps par la conscience ;

vivez ce processus pendant 3 à 5 minutes ;

puis abandonnez-vous à votre peur dans votre corps, en prononçant à haute voix : “ Papa ou maman, j’ai peur ”, tout en laissant votre corps se relâcher ;

faites des allées et venues régulières entre la préoccupation que vous visualisez et votre ressenti de peur que vous accompagnez dans votre corps, tout en répétant à haute voix : “ Papa ou maman, j’ai peur ” ;

vivez ce processus pendant 3 à 5 minutes, puis vivez-le en répétant en silence cette fois : “ Papa ou maman, j’ai peur ” ;

scannez votre corps et votre ressenti sensoriel (pas émotionnel) associé ;

puis abandonnez-vous à votre impuissance dans votre corps, en prononçant à haute voix : “ Je n’y peux vraiment rien ” ;

faites des allées et venues régulières entre la situation difficile que vous visualisez et votre ressenti d’impuissance que vous accompagnez dans votre corps, tout en répétant à haute voix : “ Je n’y peux vraiment rien ” ;

vivez ce processus pendant 3 à 5 minutes, puis vivez-le en répétant en silence cette fois : “ Je n’y peux vraiment rien ” ;

connectez-vous dans votre corps à l’espoir que vous avez pour cette situation, ressentez-le dans votre corps ;

puis abandonnez-vous dans votre corps à cet espoir jusqu’à ce qu’il prenne toute la place avant de se dissoudre ;

puis abandonnez-vous à une page blanche qui vient à vous dans votre corps, concernant cette préoccupation qui vous occupe l’esprit, en prononçant à haute voix : “ Je ne sais plus rien ”, tout en laissant votre corps se relâcher. Laissez-là occuper tout l’espace, en vous y abandonnant de plus en plus profondément, c’est celle de l’inattendu, du surprenant pour cette situation, celle de tous les possibles ;

vivez ce processus pendant 3 à 5 minutes, puis vivez-le en répétant en silence : “‌ Je ne sais plus rien ” ;

enfin, reprenez votre situation préoccupante de départ et scannez votre ressenti dans votre corps ;

puis concentrez-vous sur votre cœur et respirez dedans 5 minutes :

demandez à votre inconscient de conserver toutes les informations utiles de cette expérience, la nuit prochaine et les nuits qui suivront afin de guider votre chemin d’être libéré ;

répétez ce protocole si nécessaire le lendemain suivant votre confort ou pas dans votre corps.

Concernant différentes questions sur la pratique quotidienne du PEACE, vous trouverez différentes vidéos sur Youtube, associées notamment aux ateliers pratiques de la WebTV du Grand changement, en tapant le mot-clé “ Vibrateliers du Grand changement Stéphane Drouet ”.

Connaître la mécanique des trois étapes du processus de défigement neurosensoriel permet de comprendre les impacts du PEACE sur votre corps, votre tête et votre vie.

Lisez la suite : Conscience intéroceptive et défigement neurosensoriel : première étape du PEACE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *